0

Interview : Pipomantis

L’éminemment sympathique Pipomantis nous a fait l’honneur de répondre à nos quelques questions sur Metal Gear Solid. Vous pouvez retrouver sa plume dans Canard PC (même le prix vous fera rire) et sa voix de baryton dans l’excellent podcast Les Démons du Midi.
Note : cet article est garanti sans vannes sur sa reum, et sans cosplay (encore que…!).

image

Bonjour Pipo, peux-tu te présenter et nous parler de ton actualité ?
Bonjour Greg et bonjour aux lecteurs ! Je suis Pipomantis, un fringant (en tous cas je l’espère) jeune homme de 29 ans, et bosse pour Canard PC, où je m’occupe majoritairement des jeux sur consoles. A côté, je co-présente avec mon ami Gautoz (que vous connaissez sûrement pour ses écrits chez Gamekult) un podcast dédié aux OST de jeux vidéo qui s’appelle Les Démons du MIDI.

Comment as-tu connu la saga Metal Gear ?
Mon premier contact avec la série a été (comme pour beaucoup j’imagine) avec Metal Gear Solid. J’étais complètement fou devant les previews de Joypad à l’époque et j’ai attendu un été entier (c’est long quand on est gosse) avant de pouvoir poser mes mimines dessus.

Qu’est-ce qui t’a plu dedans ?
Oula, beaucoup de choses ! Tellement que je vais sûrement en oublier ici, d’ailleurs. Avant tout, il y a le genre même du jeu, l’infiltration. A l’époque, en dehors de Tenchu, le genre n’avait pas vraiment de représentants solides. Et même Tenchu, aussi attachant soit-il (notamment en partageant un bon nombre d’acteurs français avec MGS), avait quand même de gros défauts. MGS avait une histoire rocambolesque mais qui arrivait tout de même à tenir debout, une réalisation assez dingue pour son époque, des personnages charismatiques, une tonne des secrets cachés partout… il ne faut pas oublier que c’est un jeu sorti avant l’avènement du haut-débit en France et que les soluces, astuces, guides pour trouver les fantômes cachés ont fait les choux gras de la presse JV française (et sûrement étrangère) pendant quelques mois.

Quel est ton épisode préféré ?
Alors ça c’est la question dégueulasse. Tu ne préfères pas me demander si je préfère mon père ou ma mère ? Bon allez, essayons d’être le plus objectif possible et disons MGS 1 parce que le coeur a ses raisons que la raison ignore, MGS 3 de manière ultra objective et l’un des MG Acid, juste pour le concept (bon ok, et Ghost Babel aussi, pour l’animation du bandeau de Snake <3)

Quelle est la scène qui t’a marqué à vie ?
Mhhhh, là aussi, il y en a tellement ! Allez, comme tu ne peux pas m’en empêcher, je vais t’en donner trois. La rencontre avec Psycho Mantis, forcément, mais aussi l’échelle de MGS3 et le micro-ondes de MGS4.

Quel est ton personnage préféré ? Celui qui t’énerve le plus ?
Si je ne devais garder qu’un seul personnage, ça serait évidemment Psycho Mantis, à qui je dois quand même une partie de mon pseudo. J’ai aussi beaucoup d’amour pour Volgin (un vrai, *vrai* méchant), le Liquid de MGS1 ou encore The Sorrow. Quant au plus agaçant, j’hésite encore entre Emma qui passe son temps à chialer et Rose qui… passe son temps à chialer. Kojima semble avoir du mal à écrire correctement des personnages féminins et c’est vraiment dommage. En dehors de Meryl et de Boss (à noter que j’en oublie peut-être dans des épisodes mineurs), la plupart des femmes dans la série Metal Gear sont des personnages faibles qui se font manipuler et terroriser ou des James Bond girls manquant cruellement d’épaisseur (Eva, si tu nous lis). Et c’est quand même fou de se dire qu’il faut aller dans le spin-off le plus débile de la série (MGR) pour remonter le niveau (avec Mistral).

Le meilleur combat de boss ?
Le combat contre The Sorrow avait quelque chose de complètement fou. Immerger son joueur dans un espèce de film d’espionnage pulp un peu débile et soudain, le forcer à traverser le Styx sans lui expliquer comment s’en sortir, c’était un très joli coup. Mais évidemment, je vais devoir une fois de plus retomber sur Psycho Mantis dans MGS 1. Le combat en soi n’a rien de particulier, mais la présentation du boss, son foreshadowing quelques heures avant, son discours, ses tours de magie… tout est fait pour que le joueur ait peur de lui au moment de le combattre alors que c’est terriblement simple une fois qu’on a l’astuce. Et comme je suis lancé, quelques mentions honorables pour The End (il fallait du courage pour offrir un combat aussi lent et long), Raging Raven (plus pour le décorum que le combat en lui-même), Monsoon et Mistral dans MGR (pour la musique) et le combat final de MGS4 mais c’est de la triche, le truc a été conçu en laboratoire pour faire chialer les fanboys.

La musique / chanson qui t’a marqué ?
S’il ne devait y en avoir QU’UNE, ça serait Enclosure de MGS 1. Un thème court et dépouillé au piano que j’ai toujours trouvé superbe.

Après c’est comme pour tout le reste, il y en a une tonne, que ça soit The Best is Yet to Come, Calling to the Night, Snake Eater ou les thèmes de Monsoon et Mistral évoqués plus haut.

Ton moment les plus WTF ?
Arsenal Gear.

Un véritable traumatisme.

J’ai une légère phobie de l’altération de la réalité, le « bug dans la matrice ». Quand la réalité déconne petit à petit je peux être tout à fait terrifié et Arsenal Gear a très bien réveillé ça chez moi. La musique, l’ambiance, le personnage dirigé par le joueur qui est littéralement à poil, les points de repère les plus fondamentaux (le colonel) qui partent en sucette… c’était du grand art.

Ensuite, je suis obligé de citer Psycho Mantis, le cauchemar de Snake dans MGS3 ou le retour à Shadow Moses dans le 4, mais ça reste un peu en dessous de la gifle Arsenal Gear

Qu’attends-tu de The Phantom Pain ?
Un peu trop, sûrement. Malgré sa politique tarifaire odieuse et malhonnête, je dois avouer que Ground Zeroes a fait un chouette boulot de démo pour donner envie d’en avoir plus. J’aime bien l’idée d’avoir piqué la dynamique de FarCry 3, à savoir forcer le joueur à trouver des points en hauteur pour appréhender chaque situation, voir les rondes des gardes et j’en passe. Ça change beaucoup la manière de progresser et j’espère que le jeu final se concentrera là-dessus. C’est une nouvelle direction pour la série, mais je crois que c’est une direction qui me plaît. Reste juste à espérer que le gameplay, l’écriture et la qualité globale suivent. Et nom de dieu, les boss ont intérêt à être bons.

Si tu étais un patch militaire issu de Metal Gear, lequel serais-tu ?
A mes yeux, les patches sont dans un délire proche de Peacewalker et Portable Ops, que je n’ai malheureusement jamais finis (c’est le moment où tu peux me huer et me traiter de faux fan). Mais si je devais en choisir un, ça serait évidemment Fox Hound, juste parce qu’il est totalement badass.

Et pour finir, quelle est la question que nous avons oublié de te poser ? Et celle que tu en as marre d’entendre ?
Mhhhh allez, histoire de le caser, si on me demandait ce que je changerais dans le scénario de Metal Gear, je laisserais Snake crever à la fin de MGS4. Le pauvre, il n’en peut plus, il est au bout et il ne demande que ça. Alors peut-être que c’était vraiment le choix de Kojima et que Konami a fait pression à l’époque pour pouvoir continuer à vendre des jeux, mais je trouve ça un peu dommage.

Quant à la question dont j’ai marre, je n’en ai pas en tête. Je ne me fais pas vraiment interviewer toutes les semaines donc j’ai encore un peu de marge avant d’être agacé 🙂

Merci beaucoup et excellente journée !

Merci à toi Pipo !

Greg

Humble admin et rédacteur en chef de cette équipe de bras cassés. N'a aucun talent particulier et reconnaît que tout le succès de sa page repose sur les autres rédacteurs. Essaie de maintenir une ligne éditoriale cohérente et de vous fournir des articles de qualité. A des envolées lyriques a ses heures perdues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.