0

30 ans de Metal Gear : Hommage de la team !

Pour célébrer les 30 ans de la franchise, nous vous proposons aujourd’hui la version director’s cut du texte que nous avons eu l’honneur d’écrire pour le magnifique livre de Kaotic Snake : A Hideo Kojima Book – From Mother Base With Love (dont nous vous livrerons bientôt un aperçu et un avis en toute objectivité). Nous vous parlons de version Director’s Cut, car nous avons été un peu trop bavards et qu’il a fallu procéder à des coupes franches pour des raisons de mise en page ! Nous y revenons notamment sur la genèse de Metal Gear News, et sur l’amour que nous portons au travail d’Hideo Kojima et de ses équipes !

Retrouvez également le magnifique dessin hommage de Dreamer_Oldboss.

Metal Gear News (à la base Metal Gear Concordance) a commencé en tant que petite fanpage Facebook sur la licence. Créée par Alex, également à l’origine de nombreuse pages incontournables telles que Mass Effect France, Dragon Age France ou encore Tout1ciné, elle connait un premier succès d’estime, notamment via les vidéos de ce margoulin de Dim.
Reprise plus tard par Greg, elle prend une nouvelle orientation. Tout d’abord en se transformant en site internet, afin de pouvoir y apporter plus de rédactionnel et d’articles qualitatifs. Et surtout en renouvelant l’équipe, composée de personnes très talentueuses : Dreamer_Oldboss, qui a également son portrait dans ces pages, la belle Rikki-Gear, Sylariel qui nous sert d’excellents let’s play et l’inénarrable Rubrique Lubrique, sans oublier les rédacteurs tels que David, Debkazu, Rogfox… Et un certain Tarak, aka Kaotic Snake !
L’idée principale outre partager notre passion pour Metal Gear : mettre en avant et faire découvrir toute la talentueuse scène d’illustrateurs, cosplayers et artistes gravitant autour de la licence à travers des focus et interviews. Nous prenons un grand plaisir de parler des professionnels, mais surtout des personnalités méconnues qui méritent autant d’être sur le devant de la scène !

Hideo Kojima est avant tout un touche à tout qui prend un grand plaisir à jouer avec le joueur. Des idées absolument géniales et malignes. On pense forcément au « dispositif anti-piratage » (la fréquence radio de Meryl) de MGS1 qui nous a tous rendus fous quand on a compris comment il s’est joué de nous, mais aussi au capteur solaire de Boktai qui nous obligeait à sortir de notre grotte pour jouer dans de bonnes conditions !
C’est ensuite un inventeur de gameplay. Qui aurait imagine qu’une limitation technique dicterait toute la grammaire du jeu d’infiltration tel qu’on le connait aujourd’hui ? Que chaque jeu de la licence renouvelle son gameplay en profondeur tout en gardant l’essence même du premier Metal Gear de la MSX pour arriver à la quintessence de MGS V ?
Kojima San, c’est surtout un raconteur. Chacun de ses jeux nous fait vibrer. Chacun de ses personnages est incroyablement profond. Le récit éclaté de la saga Metal Gear est d’une richesse extrême, chaque épisode remettant en cause les acquis qu’on croyait avoir a la fin du précédent. De coups d’éclat en mindfucks, nous avançons à l’aveuglette dans un récit s’étalant sur une cinquantaine d’années, passant sans le moindre problème du burlesque au tragique. Et une fois la console éteinte, nous continuons a penser au jeu, à ses personnages, aux implications de leurs actes. Et nous nous prenons même parfois à nous inspirer des héros et de leurs idéologies, dans l’espoir de rendre le monde meilleur à notre échelle.
Hideo Kojima n’a pas simplement pas inventé la plus grande saga de jeux vidéo, mais un réel mode de vie. C’est l’apanage des grands.
Pour toutes ces raisons, c’est un grand honneur de pourvoir faire partie de ce projet, pour simplement et humblement vous dire : Merci Monsieur Kojima.

 

Greg

Humble admin et rédacteur en chef de cette équipe de bras cassés. N'a aucun talent particulier et reconnaît que tout le succès de sa page repose sur les autres rédacteurs. Essaie de maintenir une ligne éditoriale cohérente et de vous fournir des articles de qualité. A des envolées lyriques a ses heures perdues.

Laisser un commentaire